La déprime du grand méchant loup

Ce matin, tout le monde est inquiet dans la forêt. Voilà plusieurs jours que Lucien, le grand méchant loup, ne sort plus de sa maison.

 

Tout le monde raconte qu’il est malade et qu’il ne mange plus que de la salade.

 

Fernand, le raton-laveur, docteur à ses heures, lui rend visite.

  • Que vous arrive-t-il Lucien ?
  • Ça ne va plus du tout, répond le grand méchant loup. Quand je me promène dans la forêt, tout le monde devrait se cacher. Et bien ce n’est pas le cas ! On rit, on me montre du doigt et on se moque de moi ! Dans toutes les histoires, je rentre toujours bredouille, affamé et ridiculisé. Si bien qu’aujourd’hui, plus personne ne craint le grand méchant loup ! Alors à quoi bon sortir de chez moi…

 

Fernand promet à Lucien de s’occuper de son problème et file rendre visite à plusieurs de ses amis. Quelques jours plus tard, quelqu’un frappe à la porte du loup.

Toc toc toc…

Les voyages de papy Milo

Mon papy Milo est un explorateur. Depuis son plus jeune âge, il voyage tout autour de la Terre, à l’endroit ou à l’envers, et même dans l’imaginaire. Par tous les temps et sur tous les chemins, papy Milo n’a peur de rien. D’ailleurs rien n’est trop dur quand on aime l’aventure !

Quand il était petit, il a visité l’Amazonie.  A toute vitesse, dans la jungle épaisse, il a conduit sa poussette à l’aveuglette, en repoussant deux boas, quelques pumas et un anaconda.

Papy Milo a grandi, ses aventures aussi. Rêveur, plutôt deux fois qu’une, il était toujours dans la lune. A l’école sa maîtresse ne savait comment faire, pour le ramener les pieds sur terre. A chaque calcul, dictée ou grammaire, il partait en voyage imaginaire. Il a ainsi visité la planète des additions et soulagé sa soif d’orthographe sur l’astéroïde ponctuation.

Papy Milo a continué de grandir. Et pour devenir grand, il a traversé des océans. Des océans de larmes, de joies et de tristesse, en avançant sans cesse. Il a affronté les tempêtes de la vie sans faiblir, en gardant toujours son précieux sourire.

Quand Papy Milo apprit à conduire, il s’acheta une voiture, mais garda ses vieilles chaussures. Pour être sûr d’arriver en bonne santé, le mieux c’est de marcher !

Papy Milo est tombé amoureux, sur le nuage des gens heureux. C’est un nuage magique, c’est sûr, car il guérit toutes les blessures. Il m’a chuchoté un jour que ce nuage s’appelle l’amour. Il a aimé mamy de tout son cœur, en l’arrosant de bonheur comme une fleur.

Quand papy Milo est devenu Papa, il escalada l’Himalaya. C’est en haut du plus haut sommet de la terre, qu’il cria sa joie d’être père. Il emmena son fils sur les chemins, et lui appris tout ce qu’il savait faire de bien.

Papy Milo est devenu vieux. Ses aventures ont ralenti un peu. Alors quand je suis né, il a décidé de me les raconter. Bien cramponné sur ses genoux, je voyageais un peu partout. Dans le creux de mon oreille, il me parlait de merveilles, de planètes et de volcans énormes, jusqu’à ce que je m’endorme.

Papy Milo est reparti à l’aventure. Cette fois sans ses chaussures. Papa m’en a parlé ce matin, il avait un peu de chagrin. Mais moi je sais qu’il voyage, au milieu des nuages, et qu’un jour il me racontera c’est sûr, cette dernière aventure.

MéliMélo

« Au pied d’un pommier dort un ogre.

Le pommier se trouve en bas d’une colline.

En haut de cette colline, la sorcière Scarabouille prépare une potion maléfique.

Derrière la sorcière Scarabouille s’étend une immense prairie.

Au centre de cette prairie se trouve une énorme pierre,

A côté de cette pierre se dessine une épaisse forêt.

Dans cette forêt les arbres sont nombreux.

A l’ombre du dernier arbre, un ours lit son journal,

Un peu plus haut, un troupeau de moutons broute tranquillement.

Enfin, au bout de la colline, un loup fait la sieste.

Tout est calme et tranquille sur cette colline.

Soudain, un papillon arrive et se pose sur le nez du loup.

Le loup, réveillé et en colère, se met à courir après le papillon.

Les moutons voient le loup arriver. Ils se sauvent et piétinent le journal de l’ours.

L’ours est en colère contre le loup, responsable de cette pagaille. Il se met à lui courir après. Le loup court toujours, mais cette fois pour échapper à l’ours.

Le loup traverse la forêt et file à travers la prairie. Il va si vite qu’il ne voit pas l’énorme pierre. Boum !

Le loup se cogne la tête contre la pierre qui roule jusqu’ la marmite de la sorcière Scarabouille. La pierre percute la marmite et la potion maléfique se renverse.

La sorcière Scarabouille est furieuse et transforme le loup en boule de neige.

La boule de neige dévale la colline si vite qu’elle s’écrase contre le pommier.

Une pomme tombe sur la tête de l’ogre.

L’ogre est furieux et saute si fort sur le sol qu’il en fait trembler la terre.

La terre tremble si fort qu’elle fait tomber tous les jouets de ma chambre !

C’est pour ça que ma chambre est en désordre » dit Noé.

 

«Tu penses peut-être que je vais croire ton histoire ? Maintenant il faut ranger ce cirque ! » répond maman en colère.

Et tout cela à cause d’un petit papillon !

L’Ogre qui mélange les mots

C’est la panique au royaume ! Un Ogre vient d’arriver dans la forêt ! On dit que cet Ogre mélange les mots et qu’il est impossible de parler avec lui.

« Vite – ordonne le roi. Préparez mon cheval ! Je vais chasser cet Ogre hors du royaume ! »

Un peu plus tard, le Roi arrive devant une immense maison et frappe à la porte…

« Dormez ! » répond une grosse voix.

Le Roi ne comprend pas et frappe encore. Des bruits de pas font trembler le sol. La porte s’ouvre et l’ogre apparaît. Il a une grosse barbe mais pas un seul cheveu sur la tête. Il demande :

« Que chantez-vous, euh que voulez-vous ?  Pardonnez-moi mais je mélange les mots. »

Le roi est malin. Il répond :

« Ne vous en faites pas, je vous comprends. Mais sachez que les ogres n’ont pas le droit de s’installer dans ce royaume. Je vous demande donc de partir sans attendre ! »

L’ogre se met en colère. Personne n’a le droit de lui ordonner de partir ! Il hurle si fort qu’il ne fait plus attention à ce qu’il dit…

« Comment ? Sachez qu’un ogre n’obéit qu’à son ventre. Et le mien a très faim ! Alors apportez moi tous les bambins, euh les pantins du royaume ! Je les mangerai au dîner ! »

Le roi comprend que l’ogre parle des enfants mais il s’est trompé de mot. Il lui répond :

« D’accord ! Je vous fais livrer tous les pantins du royaume aujourd’hui, et ce soir vous partez ! Marché conclu ? »

« Marché conclu – répond fièrement l’ogre. Sachez que je tiens toujours parole ! »

L’après-midi, une charrette apporte mille pantins de bois à la maison de l’ogre qui est très mécontent. Il quitte le royaume, fidèle à sa parole, le ventre vide mais les bras remplis de pantins. Il soupire :

« J’ai du bois pour faire le barbecue, mais je n’ai toujours rien à faire relire, euh rôtir.

Commencez par rôtir, euh relire quelques livres monsieur l’ogre, on y apprend à utiliser les bons mots !